Skip to content
Mon livre blanc : À la conquête de l'espace
Share
Explore
Mon livre blanc : À la conquête de l'espace

icon picker
Généralités sur l'astronomie et la conquête spatiale

Tout d’abord, nous allons commencer par revoir ce qu’est l’astronomie ?
L'astronomie est la science de l'observation des astres, cherchant à expliquer leur origine, leur évolution, ainsi que leurs propriétés physiques et chimiques.

Mais aussi qu’est-ce l’univers ?
L’Univers est constitué de tout ce qui a existé dans le passé, existe aujourd’hui et existera dans l’avenir. C’est l’espace, le cosmos considéré dans sa totalité, peuplé d’innombrables galaxies, traversé par les rayons lumineux et des quantités d’autres radiations. Cet Univers est incroyablement vaste. Lorsque nous scrutons le ciel nocturne vers ses profondeurs, les étoiles que l’on voit, bien que distantes de plusieurs milliards de kilomètres, ne sont en fait que de proches voisines. Les plus distantes sont indétectables à l’oeil nu. Et, depuis la nuit des temps, les étoiles fascinent l’homme. Cela fait au moins 5 000 ans que les astronomes les étudient de façon systématique. Notre Univers est surveillé, scruté 24h/24 7J/7. Mais si l’astronomie est probablement la plus ancienne des sciences, elle connaît, depuis le début de son histoire, une perpétuelle évolution.

D’aussi longtemps que les scientifiques ont pu retrouver des écrits, toutes les observations étaient effectuées à l'œil nu car les anciens étaient aidés dans cette tâche par l'absence de pollution industrielle et surtout lumineuse mais aussi par le manque de technologies adéquates. C'est pour cette raison que la plupart des observations antiques seraient impossible aujourd'hui.
Si nous remontons dans la haute antiquité, Nabu-rimanni est le premier astronome chaldéen* dont le nom nous soit parvenu. L'astronomie consistait simplement à observer et à prédire le mouvement des objets célestes visibles à l'œil nu. Ces différentes civilisations ont laissé de nombreuses contributions et découvertes importantes (première lunette astronomique, premier calendrier luni-solaire, cadran solaire, la terre est bien ronde).
L'étude de l'astronomie au Moyen âge nécessitait l'apport de disciplines complémentaires et nécessaires telles que les mathématiques (géométrie, trigonométrie) et la philosophie, qui étaient utilisées pour calculer le temps. D’ailleurs, une étude actuelle laisse penser que les dessins de la Grotte de Lascaux servaient à indiquer l'emplacement des constellation ().
Ils ont découvert à l’époque contemporaine que les étoiles sont des objets très éloignés, avec l'étoile la plus proche du Système solaire, Proxima du Centaure, située à plus de quatre années-lumière de distance. (1 année lumière = 9 461 milliards de km).
Peu de temps après, ils ont découvert que l'Univers était en expansion (ce qui est toujours le cas), une conséquence de la loi de Hubble qui établit une relation entre la vitesse d'éloignement des autres galaxies par rapport au Système solaire et leur distance ().

Loading…

Au cours du XXe siècle, la cosmologie* a connu de grands progrès, notamment avec la théorie du Big Bang, largement appuyée par l'astronomie et la physique.
Au début de son existence, durant l'Antiquité, l'astronomie était principalement consacrée à l'astrométrie, c'est-à-dire la mesure de la position dans le ciel des étoiles et des planètes. Depuis le XXe siècle, l'astronomie professionnelle s'est divisée en deux branches :
L'astronomie d'observation
L'astrophysique théorique

Les premiers astronomes voyaient les étoiles comme des points posés à l’intérieur d’une grande sphère céleste qui enveloppait la Terre. C’est vers la fin du XVIII ème siècle que certains astronomes commencèrent à comprendre ce qu’était vraiment notre galaxie (La Voie lactée). En relevant la répartition des étoiles, William Herschel prouva que celle-ci avait une forme convexe. L’existence de galaxies au-delà de la notre ne fut prouvée qu’en 1923 quand Edwin Hubble découvrit que la “nébuleuse” d’Andromède était une galaxie très éloignée de notre Système solaire.

Il y a plusieurs types d’études astronomiques.
Nous avons :
L’astronomie solaire, le Soleil, une petite étoile âgée d'environ 4,6 milliards d'années, est l'étoile la plus étudiée. Contrairement aux étoiles variables (étoile dont la luminosité varie au cours de périodes plus ou moins longues), la luminosité du Soleil a régulièrement augmenté au cours de sa vie. En effet, il est aujourd'hui 40 % plus brillant qu'au moment où il est devenu une étoile de la séquence principale. Cela est dû à l'augmentation de la proportion d'hélium dans le coeur du Soleil, qui entraîne une augmentation de sa luminosité avec le temps. Les taches solaires permettent de constater que le Soleil n'est pas considéré comme une étoile variable.
Il y a aussi les études planétologiques, ces dernières sont la science qui étudie l'ensemble des corps célestes orbitant autour du Soleil, tels que les planètes, les lunes, les planètes naines, les comètes, les astéroïdes, et les exoplanète. Le Système solaire a été relativement bien étudié grâce à l'utilisation de télescopes et de sondes.
L’astronomie stellaire, c’est une science qui étudie les étoiles et leur évolution, connaissance fondamentale pour notre compréhension de l'Univers. L'astrophysique des étoiles a été déterminée grâce à l'observation, à la compréhension théorique et à des simulations informatiques. Les étoiles se forment dans des régions denses de poussières et de gaz connus sous le nom de nuages moléculaires géants. Lorsque ces régions sont déstabilisées, les fragments peuvent s'effondrer sous l'influence de la gravité pour former une protoétoile*. Si la région est suffisamment dense et chaude, une fusion nucléaire peut se produire, créant ainsi une étoile de la séquence principale.
Pour terminer, l’astronomie galactique, cette dernière est la science qui étudie des galaxies, des masses tournantes formées de gaz, d'étoiles et d'autres objets maintenus ensemble par une attraction gravitationnelle mutuelle. Le système solaire se trouve dans la Voie lactée*, galaxie spirale barrée* qui fait partie du Groupe local*. Comme la Terre est située dans un bras extérieur poussiéreux de la Voie lactée, il y a une grande partie de la galaxie qui n'est pas visible depuis notre planète.

La conquête spatiale :


L'exploration de l'espace est une activité qui consiste à utiliser des techniques de l'astronautique pour envoyer des lanceurs, des satellites, des sondes spatiales et des équipements spécifiques dans l'espace. Cette exploration peut avoir des buts scientifiques, économiques ou militaires.

Il faut savoir que, de base, la conquête spatiale était une arme tactique. Pendant la guerre froide de 1957 à 1969, la conquête spatiale a été un domaine de compétition technologique intense entre l'ex URSS et les États-Unis avec l'utilisation accrue de satellites d'observation pour espionner l'ennemi.
Explorer le système solaire est resté un nouveau défi entre les deux grandes puissances. En 1957, l’ex URSS a lancé le programme Vostok* qui a abouti au premier vol habité en 1961 avec Youri Gagarine lors du lancement de Spoutnik-1, premier satellite artificiel de l'Histoire. En réponse, le gouvernement Kennedy a lancé un ambitieux programme spatial appelé "Apollo" dont l'objectif était d'envoyer des humains sur la Lune. Le 21 juillet 1969, 500 millions de téléspectateurs ont regardé en direct les premiers pas de Neil Armstrong et Buzz Aldrin sur la Lune.

Loading…

Chaque pays a cherché à démontrer sa supériorité en lançant des satellites et en effectuant des vols habités, avec pour objectif final l'envoi d'un homme sur la Lune.
Cela a eu 2 objectifs :
Militaire avec la course aux armements, notamment la fabrication de missiles intercontinentaux.
Civil pour des raisons idéologiques dans le cadre de la préparation de l’année de géophysique internationale, prévue pour 1957-1958.

Il faut savoir que la conquête spatiale passe aussi par l’envoi de satellites dans l’espace et non seulement de fusées.
Au-delà du temps qu’il fera demain ou dans une semaine c’est aussi un ensemble d’informations qui sont collectées par les satellites et qui sont exploités pour comprendre l’évolution du climat et enrichir les modèles climatiques. Une manière de prendre le pouls de la Terre et de voir si elle va bien, en quelque sorte.
Il existe des satellites entièrement dédiés à l’environnement et au climat :
le CFOS : C’est un satellite chinois qui mesure le vent et les vagues afin de prévoir cyclones et tempêtes.
Ibuki 2 : Satellite japonais qui mesure les gaz à effet de serre grâce à des capteurs ultra puissants et évalue les concentrations en particules fines.
Merlin : Satellite franco-allemand dont le lancement est prévu en 2024. Il étudiera le méthane atmosphérique pour mieux comprendre les sources d’émission des gaz à effet de serre.
Microcarb : C’est un satellite a été lancé en 2021. Il permet de mesurer précisément les flux de CO2, principal gaz à effet de serre…
Vous l’aurez compris ces satellites fournissent des informations très précieuses pour faire face aux changements climatiques qui nous attendent dans le but, on l’espère, d’essayer de les ralentir.

Pour poursuivre la lecture 🔽

* Pour accéder au glossaire :

Want to print your doc?
This is not the way.
Try clicking the ⋯ next to your doc name or using a keyboard shortcut (
CtrlP
) instead.